Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

3 cafés aussi sur une île-RS

Cantara, mardi 21 juillet 2009, ça monte encore

Bonjour S,
J'ai donc lu et relu ton texte.
Initialement, à l'écoute de cette première phrase, sur un chemin qui gagnait la source, j'ai senti qu'elle avait le pouvoir d'ouvrir un nouveau monde, pour peu que tu chantes la suite.
Ce texte admirable, ton texte, est un chant.
Je vois toutes les images de la chaleur de l'île, du vent, de ses pierres et de son eau.
Cette île, nous la tenons, toi et moi entre nos deux mains.
Au départ, nous pensions qu'entre nos deux mains qui se serraient imperturbablement, il n'y avait rien : deux peaux qui se cherchent et se collent parce qu'irriguées du même sang.
Ces deux mains, regarde bien, cette île, elles la tiennent, bien haute et bien protégée.
Je viens de comprendre le sens de cette étreinte de nos deux mains. Elle désigne l'existence réelle de cette île qui nous attend toi S et moi R : nous : nous seuls : deux étoiles de ce ciel du CAIRN, deux étoiles qui ont soudain senti l'impérieuse nécessité de se regarder et de s'étreindre à jamais.
Ton texte est un chant, il s'élève majestueusement traçant le chemin du nouveau monde.

Je t'attends, calmement, blotti contre tes mots, ce chant, cette joie immense.
sr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article