Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

au bout du quai-RS

 

Cantara, Samedi 25 avril 2009, 10h30, je veux que tu me dises encore et toujours :"je suis bien"

Bonjour S,
Expérience extrême que ce départ de train.
Train NY-Beaucostaud, 18h50, gare des Images..

Je sais que tu n'aimes pas que je reste, là, sur le quai jusqu'au moment où le train s'ébranle pour partir.

Nos yeux ont parlé en ce moment ultime où le départ du train a stoppé nos regards.
Moment absolument inverse à celui, 20 minutes plus tôt, de ton apparition sur le haut des marches.
L'un part, l'autre reste. Situation que j'ai, peut-être inconsciemment, voulu pousser à la limite du supportable.
Expérience douloureuse, cruelle, violente que j'ai, aussi, voulu affronter avec toi.

Ce matin, je viens de recevoir un message de ta part. Tu me dis que tu est bien. Alors, je vais bien aussi.
Merci pour ces quelques mots, ces signes simplement alphabétiques qui, d'un coup, déverrouillent mon angoisse de la veille.

A mon tour, et en phase avec toi, je suis bien. Je me réjouis de cette préparation de course et de ce marathon imminent maintenant.
Je te vois telle que tu es élancée, belle et conquérante. Tous tes capteurs sont en action. Tu respires la vie, l'élan, le vent et la mer en cette magnifique ville de Marseille.

Sans doute, liras-tu ce message à ton retour. c'est un message de joie, de bonheur. Ce bonheur que j'éprouve, chaque seconde, depuis que tu m'as ouvert la porte de tes rêveries. Les rêveries, les tiennes comme les miennes, elles s'élèvent, volent, parcourent des distances phénoménales, élaborent des images et suppositions multiples et complexes. Elles engagent l'expérience authentique de la liberté. Parfois, ces rêveries, elles se posent. Elles parlent et disent qu'elles souhaitent rencontrer la confrontation avec la réalité; "le réel" comme on dit.

Rien n'est plus beau que ces rêveries si douces de toi à moi, ces visions oniriques qui nous unissent désormais.
Ce week-end, je serai tout contre toi. Mais je veux être léger comme l'air, te parler dans le vent et libérer encore davantage ton élan de conquête. Si, ici ou là, tu as senti un souffle aérien accompagner ton corps, j'y étais.
Ma promesse est celle-ci, ma vision est celle-ci : te rendre à l'intime conviction que de près ou de loin je te berce, je te bercerai jusqu'à ce que de ta bouche me souffle ces trois mots : "je suis bien".

Je t'embrasse tendrement, avec ou sans l'accent, en anglais ou en français comme tu veux, mais je t'embrasse en continu.

R.


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article