Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

c'est mon tour-RS

Les Images, Mercredi 5 août 2009, oui Les Images, dans ce bon vieux phare, il est 13h18,

Bonjour S,

J'ai lu tes messages de cette nuit.

J'ai lu et relu.

Je n'ai pas pu répondre inmédiatement, la résonance était trop forte.

J'ai savouré tes mots, comme à chaque fois.

Me voici devant toi, si tu te réveilles, ( et même si tu es encore endormie), je voudrais que tu sentes que je t'embrasse amoureusement. je te serre tout contre moi, laisse-moi faire.

Nos mains n'ont plus besoin de se chercher pour se trouver, c'est mon tour de faire le café non?

Ce que tu m'as écrit me ravit. Ton poème est clair comme une eau pure.

Certaines mentions de ce poème, tu vois, correspondent exactement à certaines de mes pensées du moment.

J'aime ton écriture, j'aime t'aimer. Laisse -toi faire, je suis là pour toi depuis longtemps déjà.

J'ai reçu hier ta lettre avec ces merveilleuses petites matières. Ca marche, c'est si bon.

J'ai aujourd'hui reçu cet écureuil qui nous connaît tous les deux.

Ma voiture est réparée... je te dis cela parce que tu l'as conduite, tu m'as conduit.

A ce jour, c'est comme ça, très peu de personnes ont conduit ma voiture, seulement des personnes qui comptent, en voici la liste : mon frère P, mon beau-frère G, ma soeur L, mon fils O, toi S et moi.

Ne prends pas cette mention comme une anecdote latérale. Elle est un signe. Je ne pensais pas t'en parler mais tu as évoqué cette question aussi dans ton poème au moment même où j'y pensais.

Tu vois S, je t'avais écrit auparavant que nous avions grandi tous les deux, nous grandissons encore.

Pour que deux solitudes intérieures se reconnaissent, pour que deux âmes alors se parlent vraiment, je crois qu'il faut qu'elles inventent leur langage.

Il me semble que nous inventons quotidiennement ce langage qui n'est accessible qu'à nous.

C'est pour cela que je te dis que notre oeuvre a déjà commencé, elle se déplie, elle s'élabore, elle prend racine et s'étend très haut vers le ciel.

A ton retour, je serai là pour toi, à notre cadence, selon notre respiration, j'aime aussi te le rappeler.

J'ai eu un appel téléphonique de mon beau-frère G. Tu te souviens il m'avait aussi appelé à Vrs, avant que nous nous rendions à la pizzeria.

Cette pizzeria était inimitable, ces moments avec toi fondateurs.

G a senti que je changeais tout. Lui aussi est mal.

Je le rejoins à Fréjus vendredi 7 et samedi 8 août.

Dimanche 9 août, nous partons une semaine en Corse ensemble, c'est lui qui me demande de l'accompagner.

Retour prévu le 16 août à Fréjus, et je rentre à Cantara le 20 août.

J'ai également besoin de méditer face à la mer, je vais emmener G marcher en altitude au Ht A, le long du GR 2.

C'était une de mes randos solitaires préférées, sans doute devais-je m'attendre à ce que quelque chose se passe dans ma vie à cette époque, ma solitude  intérieure se doutait de ton apparition.

Je vais également nager, l'eau m'attire, tes mots y  sont pour beaucoup.

Ta nage et ta course sont des envols lyriques.

Je repense à VRS, souvent. VRS, quatre lettres de l'alphabet qui nous contiennent entièrement. Tu y es, J'y suis, nous y sommes tous les deux, rien que nous deux. Comment un tel concentré de sens, un tel précipité de bonheur peut-il être si magnifiquement condensé dans quatres simples lettres aussi signifiantes?

Des VRS nous en mènerons des milliers, je te l'assure.

S, je t'attends, je veille et je programme. Poursuis ta route sereinement. J'emmène avec moi des objets essentiels, l'ensemble de tes courriers.

Je les relis régulièrement par plaisir. J'ai goûté les petits papiers, j'ai failli croquer le tout, l'enveloppe aussi.

Je t'emmène avec moi, je vais parler de toi, S au monde entier.

Je te serre, je t'enroule et je maintiens le cap du bonheur, de la révélation.

sr ton R Mon Al.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article