Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

chacun de mes gestes est sous ton contrôle-RS

Cantara, Mardi 21 juillet 2009, j'ai fait la vaisselle de la popote

Bonjour S,

Il y a des objets qui sont des trésors.
Cette popote, cette casserole, ce gaz, ce porte-filtre, cette tente,
enfin, ils sont animés, ils existent, objets magnifiques de célébration.
Quant à la pêche, un monde palpitant pour nous que je compte bien pratiquer serré avec toi.

Bien sûr J et MH seront avec nous, je vois nettement mains tenant que nous préparons nos prochains rires toi et moi, avec elles deux, au bord de l'eau.
La voiture aura été bienveillante : annoncer une panne mécanique future mais assurer la route, la trace de ceux qui s'aiment.

Nos différentes chambres étaient des palais. Notamment la plus limpide, la plus prometteuse, la plus méritée : la toile sur le CAIRN, toile tendue parmi les étoiles du firmament.
J'ai longtemps contemplé le ciel dans ma vie, je le savais généreux, attentif et compréhensif.
Cette nuit-là, le ciel a tenu sa promesse : il a scellé nos âmes.
Deux mains, et les jours suivants, je regarderai à nouveau le ciel, je lui parlerai, je lui dirai que je l'aime parce que tu es à mes côtés.
Depuis cette nuit-là, le ciel est devenu quelqu'un.
Je ne le regarderai, depuis cette nuit-là, plus jamais de la même façon.
Ce ciel que, dorénavant, nous habitons main dans la main, les pieds nus au contact de cette terre chaude est notre seul horizon.

On peut parfois être tenté de croire que l'élévation s'accompagne d'une perte des repères terrestres, matériels ou quotidiens.
C'est une erreur.
Regarde bien notre chemin, jour après jour, le quotidien, le matériel, le sol et la terre même ont été nos appuis permanents.
Pour nous élever tous les deux, nous avons toujours vérifié (le cas échéant construit) la solidité du sol, l'appui inébranlable.

Je crois que c'est cela qui nous donne cette confiance aujourd'hui.
L'amour, le vrai, n'est pas un envol aléatoire, c'est un élan rendu possible par la qualité de ses appuis, du sol qui le propulse.

Nos appuis sont aussi devenus des racines. Il y a eu un avant le CAIRN, il y aura, naturellement, un après le CAIRN.
Chacun de mes gestes dorénavant est conditionné par ta présence, ton contrôle. Je sais que tu me vois. Je te vois.

Ce sentiment de présence intérieure, je vais le cultiver.
Comme toi, je veux que notre amour s'ouvre à l'amour des autres.
Cela, je ne peux le faire qu'avec toi.
Je veux que deux mains nous montrions ce qu'aimer signifie pour nous.
Merci de m'avoir pris la main pour parvenir, ensemble comme un seul, au sommet.
Je ne l'oublierai jamais.
Mais nous avons d'autres sommets à atteindre, je saurai, inondé de bonheur, à mon tour te hisser à cette joie par le langage de nos mains.
Tu vois S, comme c'est beau de vivre ainsi enroulés l'un à l'autre.

Je t'attends pour exister.
sr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article