Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

complices de poésie et donc jugés coup(l)ables-SR

R,

J'ai lu l'imagination. Celle qui en effet invente.  "L'imagination qui ouvre des yeux avec des types nouveaux de vision"
Je crois que notre rencontre s'est fortifiée et même a crû grâce à nos rêveries. J'ose alors espérer que nos expériences communes, qui cet été ont déjà commencé , viendront appuyer la véracité de nos rêveries.En fait je n'espère pas, je constate.
Oui R, j'aime comme toi ces folles courses dans les livres, cet arrachage de mots et d'émotions forcément quand d'un bout à l'autre du monde nous nous donnons à boire sans laisser tomber aucune goutte.
"La vrai poésie est une fonction d'éveil" N'est-ce pas ce que nous pratiquons prenant notre "quart" à tour de rôle?

R entends cela :

"Car en réalité les ponts menant à l'autre, par où l'on vient d'un beau pas solennel, ne sont pas en nous, mais derrière nous, exactement comme dans les paysages de fra Bartolomé ou Léonard. Il est de fait que la vie se termine en aiguille dans les individualités. Mais c'est par les vallées plus larges que passe le sentier de sommet en sommet." 
Voilà qui rejoint les références spatiales qui te sont chères et surtout l'importance de notre chemin en ligne de crête, initié dans la montagne de Lure. 

Plus fort encore :
"Il faut distinguer les deux élèments de la mélodie de la vie dans leur forme primitive ; il faut décortiquer le tumulte grondant de la mer et en extraire le rythme du bruit des vagues et avoir, de l'embrouillamini de la conversation quotidienne démêlé la ligne vivante qui porte les autres. Il faut disposer côte à côte les couleurs pures pour apprendre à connaître leurs contrastes et affinités..." 
N'est CE pas encore ce que notre voyage baigné de GIONO nous a instruit?

" Il faut avoir oublié le beaucoup, pour l'amour de l'important"

"Toute discorde et toute erreur viennent de ce que les hommes cherchent leur élèment commun en eux, au lieu de le chercher dans les choses (je dirais la matière...) derrière eux, dans la lumière, le paysage...Ils se mélangent fautede pouvoir s'unir."

Avant même de lire Rilke, nous avons trouvé intuitivement le pourquoi de "notre cohérence" et adhérence. Nos rêveries à l'air libre, nos lectures vivantes et proclamées, nos mains dessinant l'invisible ce sont là nos exercices, nos petits pas l'un vers l'autre pour ne faire qu'unS.

"Nous sommes comme des fruits. Nous pendons haut à des branches étrangement tortueuses et nous endurons bie ndes vents.
Ce qui est en nous, c'est notre maturité, saveur et beauté. Mais la force pour ça coule dans un seul tronc depuis une racine.
Si nous voulons témoigner en faveur de cette force, nous devons l'utiliser chacun dans le sens de sa plus grande solitude."

"PLUS IL YA DE SOLITAIRES PLUS SOLENNELLE, ÉMOUVANTE ET PUISSANTE EST LEUR COMMUNAUTÉ."

Cette lecture fortuite explique et corrobore bien nos impressions échangées dans nos derniers courriels. R, notre solitude vient de porter ses fruits, la peine s'est transformée, l'effort! a payé. Il nous fallait en passer par là.
Comme je suis heureuse alors de tout le mal passé et à venir enduré si cela est pour t'aimer mon amour chaque jour davantage.
Ne cessons alors de nous bousculer, nous acculer à l'expression, au lire, au dire et au faire portés par les ailes de la rêverie.
A toi de prendre le relais dans ce voyage autant onirique que réel. Ils nous fait grandir ensemble, plus liés encore.
Jsb près de toi, avec toi.
Enroule moi, embrasse moi. Ce soir j'ai très envie de toi et pas seulement en imagination!
Toute à toi, je m'endors
Bonjour mon amour
s

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article