Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

Contre le seum, le pêcheur de rêves

avril-2011-008.jpg "Quand on est ensemble, on se serre si fort que nos mains tremblent, il y a de l'amour, oh il y a de l'amour

Il y a tant de gens qui ressemblent à leur ombre, qui s'habillent en sombre dans le plus grand nombre

Il y a tant de gens qui ont la haine au coeur, qui vivent comme des morts vivants, qui marchent droit

qui sont indifférents à tout, à cette musique en nous

qui veulent détruire ce qu'il y a de meilleur en nous, ce qu'ils ont de précieux dans leurs yeux, ce qu'ils ont de mieux et qui ont peur de tout

Quand on est ensemble, on se serre si fort que nos mains tremblent, il y a de l'amour, oh il y a de l'amour

on est toujours vivant, toujours debout, qu'on nous accuse de tout

qu'on nous accuse de bons sentiments, on s'en fout"

Michel Berger

 

Je suis toujours vivante, toujours debout parce qu'on est ensemble malgré toutes. Rien n'a pu abîmer la rencontre. "Je pourrirai votre relation". Mais la rencontre fleurit encore ce printemps, rien même le pire (la haine, la malveillance...) n'a pu atteindre son coeur. J'ai, il a tout gardé de nous. Je le sais, c'est cela même qui me propulse encore ici, si loin et si près. Debout je reste, verticale toujours.

Les rencontres s'enchaînent donnant sans cesse plus de sens à la première, qui s'enrichit, continue de croître et s'épanouir.L'autre soir, Sébastien et Jocelyne d'un fauteuil de fer, de la malsaine compassion, ou pire de la pitié, d'une glu de chair et de normes ont fait resurgir la quintessence de l'humain, la petite et grande histoire du sentiment, de l'amour. Le handicap a été renvoyé à plus tard jusqu'à l'oublier pour rester sans voix à la fin d'une chorégraphie du jamais vu. Ce soir là le public s'est éprouvé, impliqué. Nous sommes tous déficients au fond : moteur, intellectuel, social ou sentimental! La différence c'est déjà et avant tout l'indifférence à l'autre.

Quand on est ensemble, il y a de l'amour.

Laissons vivre nos émotions, déplions nos ressentis. Laissons libre court à notre imagination, aux images dynamiques chères à Gaston Bachelard. Ecoutez ses causeries si vivifiantes. Sa voix est légère, troublante et douce. Une véritable caresse à l'âme.

Ne soyons solitaire que pour trouver la liberté d'aller vers l'autre quand on s'y attend le moins.

Sur le marché, je retrouve Anne et Vincent. La vie continue.Je découvre une autre vie cueillant des jonquilles aux Estables, courant les concours hippiques, nouant des liens e nte israël, Genève, Berlin, Paris (Vincennes) et l'Ardèche ; jouant et créant des images, des films et des mots orchestrés. Une famille qui tourne paisible les pages d'un album sans amertume malgré les plus jamais et les départs imprévisibles. De belles photos en noir et blanc, des portraits surtout, une maison de campagne à la ville avec un escalier de pierre et une cave à...jeux. Et puis dans un angle, un bureau feutré, rempli de livres et de crayons, avec au centre un Mac majestueux. L'album de famille s'ouvre, les langues se délient et le récit de la rencontre tant attendu pointe entre le picodon et le Suisse de Valence trempé dans le café. Ce portrait de famille affiché à la cuisine remporta en son temps un prix. Anne y rayonne. Les enfants sont inconscients de leur bonheur car vivant intensément leur présent. Le père est fier et il y a de quoi!

L'homme trouverait toute sa substance dans sa seule pensée, la philosophie oublie qu'avant la pensée il y a le songe, la rêverie et les images surtout. Pour une détermination complète de l'être, essayer sans cesse de trouver les dynamismes de l'humain diurne et nocturne, dans son récit de vie, ses rêves et songes qui nourrissent sa pensée. Trop souvent le songe est écarté, raillé. Laissons les arbres bercer les cabanes et leurs aventuriers délivrés de toutes drogues, seuls enivrés de leur amour aussi exalté soit-il.

Il n'existe pas de bipolarité psychique mais un être vrai au centre et à la marge, qui cherche durement peut être le sens de son existence et non une soit disante vérité unique et valable partout.

Le dormeur éveillé vit l'image instantanée, c'est la rêverie active qui éveille en nous la conscience véritable. Le dormeur éveillé est présent à lui-même. Mallarmé trouve la clarté du cristal dans son absence de sommeil et sa rêverie éveillée. Imaginer c'est s'absenter d'une norme, s'élancer vers une vie nouvelle. La loi même de l'expression poétique est de dépasser la pensée, ouvrir sur un monde infini. Il nous faut trouver une filiation régulière du réel à l'Imaginaire et l'inclure à toute formation.

Toute valorisation est verticalisation. L'homme en tant qu'homme ne peut vivre horizontalement, son repos, son sommeil sont le plus souvent une chute. L'habitude, la routine sont alors l'inertie terrible du devenir psychique, exacte antithèse de l'Imagination créative.

 

L'image habituelle arrête les forces imaginatives ; l'image apprise dans les livres, surveillée et critiquée par le professeur bloque l'imagination. Alors que nos mains savent naturellement imaginer.

Ayons le courage de vivre verticalement contre la pesanteur d'un monde matériel, fabriqué. Entamons une cure de verticalité, l'hygiène du redressement, du grandissement, de la tête haute. Comment? par la pratique d'une curiosité constante, maladive, l'improvisation provoquée par une imagination active et engagée (l'implication). Les domaines de l'art (danse, théâtre, cinéma...), de la poésie, de la littérature (ses chefs d'oeuvres)et de la souffrance (réf article Me Paradis) nous apprennent bien plus que des milliers d'images fabriquées pour tous et pour personne en particulier.

 

"Où nul chemin n'est tracé, nous avons volé

L'arc en notre esprit est encore marqué" écrit Maria Rainer Rilke.

J'ajouterai "et le restera toujours". Le fruit n'est pas pourri, il a mûri.avril 2011 006

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article