Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

d'une citation-RS-SR

Juste avant.

Les opinions passent comme des bulles de savon, les rencontres restent. Le réel finit toujours par émerger un jour ou l'autre.Il suffit d'être patient""
>
> J'aime énormément.

Tu aimes passer outre l'avis des autres? Que les rencontres restent oui en effet, même les mauvaises.
Nous finissons toujours immergés par le réel rassure toi, c'est une "mèr" et non l'océan des sirènes. La patience
serait la grande qualité du poltron.
Questionne le courage, le vent et les étoiles, l'inacessible comme le surnaturel. Interroge, celui qui part plutôt que celui
qui reste. "poursuis" ton idée plutot que l'enterrer ou l'entériner.N'attends plus. LE TEMPS PERDU, ne se rattrape plus.
Compare l'endurance au courage...On me dit que je suis courageuse de courir aussi longtemps, de supporter la souffrance aussi longtemps mais être courageuse, est-ce endurer ou rompre? Alors lis et "raisonne"
- La seule chose dont on puisse être coupable, c'est d'avoir céder sur son désir. Jacques Lacan
-Fais tout ce que tu peux pour faire perséverer ce qui a excédé ta persévérance. Saisis dans ton être ce qui t'a saisi et rompu. Alain Bardou
-L'amour est un jeu dont vous êtes le héros. Vous pourriez y laisser votre peau. Plutôt ça, à tout prendre, que d'en sortir. Medhi Kacem
Il te faudra donc , tu vois! défendre ton "opinion" parce que pour moi il compte plus qu'une simple bulle de savon.
Tout juste émergée d'un long sommeil artificiel, on m'a emportée sur un champ et une place dédiés aux vents;
à la glace, aux dieux qui n'ont plus lieux. Mon coeur collé à la pierre, j'ai tenté d'y verser ma peine, celle d'aimer vertical
sans horizon. J'ai le mal de toi, loin de toi. Je voudrais guérir du "mal" aimer, du mal d'aimer.
J'ai peur que tu ne me comprennes pas ou mal ou prou.
 
Je suis heureuse que tu t'investisses déjà dans ta nouvelle "demeure". Domus, maison du maître. Demeurer. Ici git.
Mais je m'égare. J'ai relu la philosophie de Rousseau : l'éducation négative ainsi appelée :
l'éducateur doit mettre en scène le réel : par exemple, en faisant semblant de se perdre avec l'enfant dans une  forêt, il contraint ce dernier à faire preuve de sang froid et d'ingéniosité pour retrouver son chemin. L'enfant a ainsi le sentiment que les leçons viennent des choses mêmes, et non des hommes.

R, j'ai besoin que tu fasses semblant de me perdre : j'ai la nécessité urgente d'apprendre et de cesser de perdre mon temps à chercher à comprendre. J'ai besoin d'apprendre par les choses et non par l'homme. J'ai soif d'apprendre, tu comprends! Je n'ai que
faire d'attendre, d'être patiente : peut être aimer "un patient" .

Enfin s'exclame Julien dans La Nouvelle Héloîse "Malheur à qui n'a plus rien à désirer!" Le désir imaginé supérieur au désir réalisé? comme si la réalisation du désir devait toujours être décevante ; on revient ici à la réalité, à la dure réalité, au réel.

R, sache...enfin non continue à ne rien savoir, juste à me voir, à m'avoir. A me vouloir? Un peu, beaucoup, à la folie...
R, tu me crois, si je te  dis que j'y crois?
R, serre moi, bien plus fort que ça.
s



> citation
>
>
> Les Images, Lundi 18 mai 2009, dans mon vieux phare,
>
> Bonsoir S,
>
> Je viens de recevoir, aujourd'hui d'un marin un message.
> Il comportait la citation suivante :
> "Les opinions passent comme des bulles de savon, les rencontres restent. Le réel finit toujours par émerger un jour ou l'autre.Il suffit d'être patient""
>
> J'aime énormément, je tenais à te la soumettre.
>
> Tu vois.
> Je prends peu à peu conscience de mon changement de port l'an prochain.
> Mon vieux phare va déménager à NY, en septembre.
>
> J'aimerais connaître les résultats de ta traversée...
> Du mouvement cela en fera beaucoup, j'ai, plus que jamais, la certitude que l'essentiel tient haut et profond dans le vent.
>
> Je t'embrasse très très tendrement,
> R.
>

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article