Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

envie haute-SR

Rt 23h07? Le 16 Décembre 2009
  
J'aurais préféré rester dormir à NY et plus particulièrement à Vil car je ne tenais plus après mon entretien de fin de journée. Un drôle d'entretien pas passionnant mais éprouvant.
JMP nous a fait découvrir la théorie du moment d'henri Lefèbvre? tiré d'un bouquin que j'aurais voulu subtiliser "La somme et le reste"une merveilleuse théorie qui un instant lui a fait abandonner l'exposition exténuante de son immense égo mais surtout cette théorie a fait tomber les murs de la classe comme dans le poème de Prévert et j'ai pu voler vers toi.
Mes gestes impardonnables me sont revenus comme un boomerang, Une honte de plus inexpugnable à mon actif qui plombe tout ce à quoi je tiens par-dessus tout;
Dès lors je pourrai tout comprendre et accepter bien évidemment c'est d'ailleurs peut être ce que je recherchais inconsciemment; je suis faible dans le sens que je ne parviens pas plus à me maîtriser.
Nous avons beaucoup parlé au téléphone ce matin et bien que je conduisais j'ai aimé cela pour la première fois. Toi aussi Rd tu m'apprends beaucoup sur moi, dans tes bras mes fantômes s'évanouissent et je n'ai plus honte de l'avouer parce que je n'en peux plus de jouer à wonderwoman.
Si je suis venue hier soir c'est que je désirais ardemnent tes bras autour de moi et en même temps j'espérais que tu ne sois pas là pour ne pas recevoir la nouvelle  que tu m'avais rayé de tes intentions et pire de tes attentions. Alors je t'ai menti pour le gd Maulnes, pour te faire mal. C'est vrai je n'ai pas "divorcé" dans l'instant, la décision oui mais la maturation non, il a fallu des séismes (la garde à vue, l'éloignement progressif, la non communication et surtout la distorsion des valeurs comunes au départ), et des dernières chances parce qu'au fond on veut toujours y croire...C'est cela qui me fait souffrir le plus de notre situation.
Tu changes Rd, tu te modifies insensiblement mais surement, l'intonation de ta voix, tes vêtements, tes lunettes jusqu'à ta façon de te déplacer; j'observe et je ne sais que penser: peut être même que tu n'es plus en quête mais que déjà tu  compulses, rassembles, réunis les élèments qui te feront futur;
Je vais prendre ma drogue ayant réussi demain à obtenir grace au docteur de l'hopital et de MTD deux rendez-vous pour mon problème de fond, avec toi j'ai confiance quand je pense que dorénavant tu peux tout douter de moi et aussi me redouter.
rd, je n'ai cessé de t'aimer, ce matin dans la cuisine je voulais me convaincre du contraire, l'évidence c'est que je t'ai lancé cette tasse au visage, c'est ça l'évidence impardonnable;
je le sentais, je parlais doucement parce que je sentais tout au fond de moi monter l'orage, la tempête, le cyclone. Je voulais en faire abstraction, peine perdue et mal rendu au centriple.
tu aurais le droit, tu aurais tous les droits...et tu me berces dans tes bras;
Je t'aime même si cela peut comme toi paraître incroyable, impensable.
Oui notre rencontre s'est transformée, elle s'est mutée en monstre  odieux mais nous avons survécu. Nous serons encore plus forts.
D'ailleurs notre relation est encore plus pure, nos baisers plus significatifs, comme tu aimes à le dire notre langage s'est fait matière.
 
Une fois pour toute
s
[Rd mène une double vie, il a menti pour son désir, son envie haute. Il n'a aucun projet pour nous deux et encore moins pour nous quatre.Ses lettres se déchirent et tombent lég-ères en pousssières.Notre rencontre est vilipendée. Il la transforme en vulgaire relation dissimulée, pas assumée. Je n''ai pu supporter ce deuxième abus, l'impression d'être violée une seconde fois ; en esprit et en pensée cette fois, mille fois pire. J'entame alors une lente descente dans le gouffre, celui de l'un sans l'autre. Je me raccroche à quelques baisers furtifs et un bercement agissant comme un venin.Je perds pied dans la vie et pire mon métier. je m'avilis encore et encore. Abusée, la victime endure doublement l'agression car elle regrette et supplie le pardon pour s'être défendue...]

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article