Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

je ne sais pas encore-SR-

 

22h36 le 1er mai 2009,

R,

Relie toi à moi, enroule toi-moi et puis serre, fort! Tiens ma main comme je tiens la tienne.
Comme ce soir, tu me sembles loin presque distant,hésitant. En vaut-elle la peine?
Et surtout qui elle?
Je ressens très fort tes appréhensions pour les 15 jours à venir; l'impression
d'un monde triangulaire avec juste un rai de lumière. 
Pardonne moi mon agacement pour ces minuscules peccadilles semblables aux reliefs
d'un repas ordinaire,
mais quand on s'élève, la lumière est autre.
Elle peut aveugler et faire renoncer à voir la réalité, à voir tout court et même
à refuser de voir.
Cette façon de marcher en aveugle consentant, impose la simplicité. Cette simplicité
des corps enroulés, calqués, imprimés. Le foyer d'un regard. l'amour liquide, l'eau et l'air.
Nul besoin de voir, juste celui de sentir et ressentir. 

Quand je saurai, je serai. Dixit Tardieu.
Je plains méchamment ceux qui savent et qui ne veulent pas être. La vie
ça fait mal. Alors j'apprends à supporter la douleur au delà du commun pour tenter
de passer "outre", dans l'autre monde.
Je sais les batailles perdues d'avance qui sont celles où l'on se défend le plus.
Je sais la victoire amère lorsque l'assaillant ne fut pas à la hauteur.
Je sais l'outrage de l'indifférence.
Alors, j'écoute puis je caresse ou moleste; Oui je suis orgueilleuse, c'est le sel de ma vie.
R, avec toi, j'apprends, je ne sais pas encore. Lorsque je saurai, je serai ;
 je serai la plus heureuse des femmes.

En attendant
J'éprouve, je cours à l'envers et contre tout, parfois je m'égare mais pas "vraiment"
 En fait, je te cherche, ce soir j'arpente les mots à ta recherche.
Je veux en toi m'abandonner, ne serait-ce qu'une fois, me perdre.
Oui, je voudrais me perdre, perdre mes repères, aveugle sans canne blanche.
Abandonnée justement et en même temps me sachant aimer et aimée...
s.



Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article