Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

je t'accompagne sur ces terres que tu aimes-RS

Ile Rousse, jeudi 13 août 2009, tes mots volent comme des anges,

Bonjour S,

J'ai bien lu attentivement tous tes messages.

Tes mots sont remplis de ta joie, de ton bonheur, de tes émotions.

je te reconnais bien, tu sais, ainsi.

J'aime percevoir ce qui t'emporte, t'étonne et te réconforte. Dans les mots que tu écris, tu es la vie, tu es la plus belle, visiblement.

J'ai compris que les messages courriels pourront ne pas être possibles durant 6 jours.

Ne t'inquiète pas, S, notre amour est si vigoureux qu'il sait comprendre, attendre si nécessaire et surtout vivre tel que nous sommes.

Je t'attendrai, je t'écrirai de mille façons.

J'ai à nouveau couru ce matin comme pour me rapprocher de toi. Destination : phare de la Pietra, tout en haut.

Ensuite, j'ai savouré ce plaisir que de nager juste après l'effort de la course.

Pensant intensément à toi, à ton aventure, à tes découvertes et à tes joies.

Oui, S, ici, en Corse, la place Paoli est bien mon carrefour quotidien. Les cafés allongés sont nombreux, les serrés aussi.

Ce que je vis, ici, en Corse, est un bon petit voyage aérien qui m'aide à revenir en permanence sur notre rencontre.

Le désert des Agriates sera mon prochain itinéraire de rando, je n'oublierai pas d'emporter de l'eau, beaucoup d'eau.

Je marcherai seul, à tes côtés tu vois, comme nous savons si bien le faire.

Chaque soir, avant de m'endormir, je reviens doucement tout contre toi, je te fabrique patiemment à mes côtés.

Tu dois sentir toute l'émotion qui est la mienne dans ce que notre rencontre évoque, signifie et appelle.

Oui, S, conscient des mots que je t'envoie quotidiennement, je ne peux m'empêcher de penser, de conjecturer, d'imaginer ce que je désigne par notre destin conjugué.

La situation que nous vivons est vraiment étrange et renversante. Si loin l'un de l'autre, nous n'arrêtons pas de défier les distances, de disloquer l'absence et de malmener le manque.

Tout ceci, cette énergie, cette volonté ont un sens, le sens de ce que nous voulons deux mains devenir ensemble.

Tu es belle S, je le vois d'ici. Tu es belle parce que tu es libre et élancée vers la découverte, la surprise et l'inconnu.

Je t'aime, tu sais S, dans cet élan si personnel qui est le tien.

Te serrer dans mes bras est devenu une nécessité profonde, urgente. T'aimer est mon besoin, tu es si belle quand tu souris.

Ton corps me manque, c'est vrai tout ton corps me manque. Ta peau, tes bras, tes jambes, ton visage je les attends comme possédé par le bien-être de ta présence.

Tu sais mon amour que je veux vivre avec toi, je sais que je te heurte, mais c'est la douleur de mon manque qui s'exprime ainsi.

Notre rencontre est unique. En juillet, nous avons beaucoup parlé de nous deux. Nous avons aussi écouté nos silences, nos nombreux silences portés par les chemins et les étoiles. Peut-être, je le crois aujourd'hui, tout ce que nous n'avons pas dit mais que nous avons admirablement entendu de toi à moi va aussi compter pour deux mains.

C'est pour cela que je te veux S, pour cela que je t'aime et pour cela que je t'attends.

Je te serre, je t'embrasse, je t'aime et je t'enroule avec amour toi S.

sr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article