Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

je t'appartiens-RS

Ile Rousse, Mardi 11 août 2009, dans ce cybercafé si indispensable

Bonjour S,

Oui, je viens de lire tes deux messages.

je te reconnais, conquérante, aérienne.

Tes mots sont des bonheurs, je les déguste tout doucement, je sens ton amour si vivant, si présent.

De mon côté, tout se passe très bien,ici, à Ile Rousse.

Quel bonheur de sentir que la Corse me pousse de plus en plus vers toi, en toi plus exactement.

Hier soir, j'ai couru ( un millième de ce que tu fais habituellement) de l'hôtel à l'embarcadère c'est-à-dire au pied du phare de la Pietra.

Ce matin également, lever à 6h30 et reprise de la course sur le même itinéraire avec le vent pour me porter vers toi.

Cette route de course, je la pratiquais il y a plusieurs années, toujours seul.

Aujourd'hui, je l'aime cet itinéraire, il est devenu le nôtre.

Tout ce que je touche, tout ce que je fais t'est dédié S. Je pense que tu comprends cet état d'âme qui est le mien.

La Corse, aussi majestueuse soit-elle, n'a aucune importance. Toi seule, toi, ton corps, tout ton être avec moi.

Je t'aime S, la mer me le crie chaque seconde.

Ce matin, après ma course, j'ai nagé jusqu'au rocher au large.

Courir, nager sais-tu pourquoi?

Je te veux tellement, si intensément, que je veux, à ma façon, agir comme toi.

Mes visions progressent, s'affinent, se matérialisent et s'énoncent de façon limpide.

Je t'ai écrit deux cartes ce matin.

T'écrire, te lire, te parler, te serrer, te bercer, t'enrouler sont, tu le vois, une nécessité vitale.

Je suis dans l'incapacité totale d'expliquer ce qui se passe. Je ne cherche pas d'explications.

Je suis simplement, littéralement renversé par ce besoin que j'ai de toi, S.

T'aimer, t'enrouler dans mes bras, te protéger, t'accompagner sur tous ce chemins deux mains, voilà mon seul désir.

Ces journées, ces semaines confirment cette idée. Je ne parviens pas à simplement la tenir à distance ou en suspens.

Ce besoin de toi est omniprésent, S j'ai tant besoin de toi, toujours, encore et toujours.

Mes visions, du coup, traversent le temps et l'espace.

En me rendant ici au cybercafé, je me disais que je voulais te dire :

.....que je veux vivre avec toi... ceci quand nous serons d'accord et prêts ensemble à l'engager.

2010 sera une année comme ça, je la veux comme ça.

D'ici 2010 il y aura à nous préparer, à nous serrer, à nous regarder, à nous parler, à nous écouter, à nous contenir l'un dans l'autre.

Excuse-moi S, si l'expression de cette vision te heurte.

Simplement, je ne vois pas d'autres possibles à la hauteur de ce que notre rencontre exige.

S, mon amour, je t'aime.

Rien n'y fait ici aussi, au contraire, plus le monde est beau plus je te désire tout contre moi, souhaitant que nous ne perdions rien de la vie toi et moi ensemble.

A toi S, je te berce , je n'attends que toi, mes mains te caressent entièrement, ton corps, tout ton corps.

 

R Mon Al qui n'en peut plus de t'aimer.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article