Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

je te regardais t'endormir-RS

Cantara, vendredi 31 juillet 2009,

Bonjour mon amour.
je prends sur le pont le poste de veille.

Tu vois quand l'un s'endort, l'autre prend le relais.
En fait, je venais de t'écrire un long message, qui subitement s'est envolé.
je te disais que mon premier élan le matin est de venir aux nouvelles.
je te disais aussi que nos messages sont l'expression de nos besoins, nos envies, nos désirs de communiquer.
Allons-y comme bon nous semble, à notre façon, si on veut seulement si on veut.

Dialogue existentiel unique entre toi et moi.
Dialogues intérieurs qui nous fabriquent chaque jour un peu plus.

Je te disais aussi que je réorganisais ma bibliothèque, je t'en avais parlé précédemment.
Les livres sont triés, certains sont écartés, d'autres remis en bonne place.
Tu l'as deviné, ce sont tes mains qui me guident.

La lecture furtive, au vol, est une lecture accompagnée.
Je retrouve des ouvrages qui me disent :
" Ca y est, S est arrivée, elle est là : nous le sentons, tes doigts sont plus forts, plus sûrs."

Je vais à NY ce matin, en librairie.
Je te raconterai.
Prends soin de toi surtout pas d'imprudence.

Notre amour n'est ni dans la précipitation, ni dans l'impatience. Il a son rythme et sa cadence est sûre. Nous avons ensemble bien réglé tout cela les mois antérieurs. Tu sais c'est normal si soudain un petit pic d'anxiété surgit, c'est le signe de nos mains qui s'appellent, se cherchent. Rassurons-les. Nous sommes devenus nous deux chez nous.
Je t'aime, je t'attends, te berce et t'enroule mon amour.
tu devrais recevoir une lettre aujourd'hui.
sr


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article