Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

les murs sont mûres, ils doivent tomber

Où sont-ils ces gens seuls, les solitaires quand la rue s'encombre de couples se tenant le bras comme une cane, de troupeaux informes, même couleur, même odeur, de personnages en claquettes, s'usant la semelle comme la cervelle?

Médianeras évoque avec émotion ces relations amorcées qui instantanément se relâchent, s'évaporent dans l'obscurité de sentiments morts-nés,  ces désirs qui retombent sitôt la chair satisfaite ou insatisfaite d'ailleurs. Ces rencontres qui ne procédent de rien, de rien de Vital, des rencontres provoquées, simulées, celles-là même qui semblent naître du hasard, ne relevant d'aucunes coïncidences sont des couteaux qui percent, sèment le doute sur ce qui est irréfutable : le vrai amour, le grand.

Le film s'appuyant sur l'album "Où est Charly?" (Martin en espagnol) nage dans le détail sans jamais s'y noyer, au contraire. La multiplicité des choses donne à respirer, la complexité du monde et ses questions sans réponses nous font flotter sur l'absurde. L'amour nous propulse, une brasse longue et coulée nous emmène loin, loin jusqu'à toucher l'intouchable.

 

ref : L'eau et les rêves, Gaston Bachelard.

Il y a l'eau violente et l'eau calme. L'eau dormante et l'eau vive. Nageons, nageons sans nous retourner, le fleuve nous entraîne et son courant allié à notre volonté nous fait entrevoir l'autre rive, l'inconnu.

Sous le ventre des centaines de mètres d'eau, devant et derrière des centaines de mètres d'eau aussi. De l'eau courante. Et au-dessus de la tête des kilomètres de ciel bleu ou gris, de la vapeur d'eau.

Le choix est triple : se laisser emporter, couler doucement ou se propulser, tirer cette eau de nos bras durs derrière nous sans renoncer.

 

 

Les murs nous murmurent, nous emmurent. Médianeras les troue, les perce avec une jouissance très agréable, voir un orgasme . Le deux héros s'emparent de la masse de l'artisan et frappent, font s'écrouler la pierre pour la lumière. 

Ils s'ouvrent le coeur, l'opération se fait à ciel ouvert alors.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article