Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

notre lien s'adaptera-RS

Cantara, Jeudi 18 juin 2009, at home après plusieurs lectures ce matin tôt et ce midi de ton message

Bonjour S,

Les turbulences, les tempêtes, les vents violents marquent cette fin du mois de juin.
J'ai donc lu ton message. Une nouvelle fois un très beau texte qui me permet de te voir
évoluer dans un rythme soutenu, à une cadence rapide d'un lieu à un autre de tes occupations.

J'éprouve l'angoisse du vide. Je me blinde à fond pour rester debout dans la tempête qui je le vois bien cherche à nous faire sombrer.
L'absence, le manque: des poids qui alourdissent nos désirs d'envol, notre volonté de nous maintenir dans l'azur, si bien ensemble main dans la main.

Notre lien est indescriptible, vivant, bien réel. Comme tu le dis,jusque quand pourra-t-il tenir ? Résister aux aléas des mondes et de ses pressions?

Je voulais te dire que j'aime ta façon de peindre la vie de toutes ces couleurs, ces sensations et ces matières. Tu as eu souvent la pensée juste avant la mienne.
Tu vois S, je pense que TENIR ce n'est pas compliqué. En ce qui nous concerne c'est sans doute simple : on ne peut tenir haut et fort que ce "qui tient debout". Ce qui "ne tiendrait pas debout" dans notre lien est à écarter.
Les mains, les regards, les souffles, les mots,les voix,les sourires, les chemins,les livres, ces moments (trop rares) de présence réparatrice, tout ceci a un sens. Plus qu'un sens, ils nous ont fabriqués l'un dans l'autre.

Plus que jamais dans ces temps de turbulences, de tempêtes et de rupture des amarrages, le gardien de phare redoublera le blindage.
Pas par entêtement mais par amour.

Si la peinture que tu réalises de ta vie vient à retrouver de nouvelles couleurs et de nouvelles formes, et j'ai le sentiment que c'est peut-être le cas, ne crains rien. Peins comme tu le fais si bien en contre-plongée, remanie le premier plan comme il vient et d'un coup de pinceau pense, c'est important, à représenter au troisième ou quatrième plan le phare que tu connais. Il est là  pour éclairer, réchauffer, bercer, t'écouter et t'entendre, te prendre la main et la serrer. Le gardien est là pour toi, ses mains connaissent le chemin qui mène à toi.

Je te serre tout contre moi n'ayant pas peur d'affronter la tourmente car ne doutant aucun instant de la réalité de notre union sous une forme ou sous une autre.

Enroulé à toi, r.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article