Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

Nuques

 

eyzahut 001La Passerelle, place des rencontres BLV. 17h15, mercredi 16 février 2011.

 

Ici, le soleil, présent sans sourciller depuis un petit mois, continue à m'étonner. Ce n'est pas que la pluie manque à mon existence mais elle en était tellement devenue une composante à part entière se faisant selon : ruisselante, forte, froide, pleurnicheuse, désespérante ou romantique. La pluie implique, induit et conduit votre "affaire" qu'elle soit privée, professionnelle ou sociale. Bref, ses milliards de gouttes d'eau pèsent sur votre vie, comme une chaîne autour du cou.

De conférence philosophique sur le regard qui tourmente ou apaise, à des films violents d'humanité, des changements s'opèrent immanquablement, sûrement. Or, les murs et Beijing Bicycle montrent la violence invisible, celle des mots, des désirs, des manques et de l'amour.Ces films sont sains cependant dans leur propos, ils étayent et vous déséquilibrent juste le temps de vous faire faire un pas.

Il y a deux jours, l'homme a marché sur Mars, il se trouve actuellement en route vers la terre qu'il n'a jamais quitté : simulation haute gamme. Ainsi, l'homme pourrait s'envoyer en l'air sans quitter la terre, et pourquoi pas bientôt obtenir l'orgasme en avalant une, la pilule.

C'est comme si on n'avait plus le temps de réfléchir à nos actes, comme si tout allait plus vite que notre pensée. C'est bien pour cela que cette pensée finit par ressembler à toutes les autres, faite d' une pièce unique aseptisée et pratique! Deux exemples récents de cette pensée unique : il est désormais possible de choisir le sexe de son enfant et des spécialistes de la PMA trouvent d'ailleurs cela recevable (dans le cas d'une mère de 4 garçons!). Axel Kahn rappelle que le critère est loin pourtant d'être pathologique et que donc si on accepte cela on devra le faire également pour des cheveux blonds, des yeux bleus...Autre exemple, la multiplication des sites de rencontre qui s'annoncent sélectionner, trier les candidats selon leurs affinités, en fait ne participent que mieux à cet "assemblage" calculé d'êtres semblables : le meilleur des mondes! On s'éloigne alors de plus en plus de la Rencontre, celle de deux êtres improbables, riches de leurs....différences et s'affirmant véritablement que dans l'altérité. Paul Ricoeur et consoeurs doivent s'émouvoir du peu de cas de leur brillante théorie "soi même comme un autre" ou plutôt d'une prise à revers...

Où rechercher encore la différence? A l'école? sur ses bancs où désormais sont inclus des élèves différents : les enfants handicapés, je dirais mieux en situation de handicap. Ouf, vraiment quelle chance que ces enfants pour notre société. Mais handicapé nous le sommes tous si nous acceptons de ne pas seulement construire notre estime personnelle sur des comparaisons dignes de la théorie darwinienne. C'est à dire de cesser de raisonner en supérieur ou inférieur et bientôt comme identique ou...sans identité. Le monde se retourne : c'est dorénavant celui qui n'a plus aucune particularité qui existe. mais existe-t-on encore lorsqu'on se complaît dans la transparence, celle du matuvuisme des sites de "service de réseautage social en ligne". Le psychanalyste Gérard Wacdjam nomme cette nouvelle idéologie, qui postule que tout le réel est visible : l'oeil absolu. C'est la tyrannie de la transparence dont on se plaint comme on peut dans le même temps s'y complaire en affichant sans vergogne sa bobine dont franchement personne ne se soucie et pour cause. On finirait par avoir tout vu. Aujourd'hui, le quotidien informait d'une page sur face-book intitulée Jacques Mesrine et révélant le portrait d'un homme ordinaire jusque dans sa violence en actes. Ce dernier a été incarcéré pour plusieurs attaques à main armée dont apparemment il se fait une gloire sur la toile sinon en cabane!

Alors, je reprendrai inlassablement ma quête du vraiment pas ordinaire, du vrai pas dans l'absolu mais le vrai qui doute chaque seconde de lui. Le film Or, les murs révèle des nuques, sortes d'ubacs, d'arrière pensée d'êtres hors normes : des reclus à perpétuité, des criminels, bref des gens pas "fréquentables".

La nuque c'est un cou de taureau, un pic sur lequel on aurait planté une tête ou l'arbre à cames d'un "humain" enfin digne de ce nom. Certaines nuques sont raides, rigidifiées comme le temps en centre de détention, en centrale ( à différencier! de la maison d'arrêt, où l'on est arrêté...un temps donné dans un élan, difficilement brisé). D'autres vibrent, dansent au son des paroles détenues elles aussi, retenues puis lâchées grâce à l'action de quelques-uns ou d' une parfois. Anne Marie fait partie de ces femmes qu'on ne peut rencontrer sur des sites car elle est autre et c'est cette "étrangeté" qui convoque les anges à Clairvaux. Anne Marie parvient même à les faire chanter ...Une maîtresse chanteuse hors pair.

R., ancien détenu, actuellement en réinsertion, témoin émouvant et sans équivoques du film le répète plusieurs fois semblant éviter un énième coup de bâton : "il faut pas croire qu'on est des anges!" à un moment de l'échange avec le public atterré par les conditions de vie, si on peut dire à l'intérieur de la centrale. Définition d'un ange?

Ce terme désigne un envoyé de Dieu, c'est-à-dire un intermédiaire entre Dieu et les hommes. Parfois il transmet un message divin, parfois il agit lui-même selon la volonté divine.neu.jpg

Selon le judaïsme, si on leur prête une forme et une allure humaines, c'est par « accommodation à la faiblesse de l'intelligence commune. Si on leur a donné des ailes, c'est parce que le vol est le plus parfait et le plus noble d'entre les mouvements locaux de l'animal, qui permet de s'approcher et de s'éloigner en un clin d'œil ». On retrouve là l'importance du regard avec une apparence imposée pour pallier la faiblesse de notre entendement. La notion d'ange aujourd'hui dans notre civilisation du tout voir? Justement, clairement, l'ange serait cet être qui nous relie à ...non pas Dieu mais à l'homme, à l'humain. Voir ces anges c'est croire à l'humanité sans jamais se résigner, même devant les pires atrocités, les génocides, le viol. L'ange gardien serait alors en chacun de nous, c'est notre portion irréductible d'humanité. Pas l'âme, mais autre chose de plus inconstant, infidèle, usant de mille ruses pour changer de camps, faire dans la facilité.L'ange rechigne à squatter les taudis.

R. n'est pas un ange mais ses paroles proviennent de cette présence immuable en lui, dont il avait à défaut de clouer le bec, coupé les ailes? Seulement parfois, elles repoussent avec une bonne alimentation. R. parle d'entourage, d'appui social, professionnel, personnel mais surtout affectif. Ce bon grain, pour rester dans le volatile malheureusement manque souvent aux anges aux ailes brisées. Parfois aussi, l'animal est trop mal en point et ne parvient plus à se nourrir. La Rencontre demande une énergie minimale. R. court pour l'entretenir, d'autres font des barres et d'autres encore s'adonnent aux drogues. Mais quand cette énergie vient à manquer, la personne ne trouve plus en effet la force de s'alimenter.C'est d'ailleurs souvent ainsi que nous mourrons à part par accident ou maladie. Une fatigue extrême alors nous fait nous éteindre par sous-alimentation. Le dernier souffle est pour la bougie, la petite lueur au fond des yeux, la flamme d'une chandelle (réf G.Bachelard).

Faire repousser les ailes...Je pense au film sublime d'étonnement de François Ozon : Ricky. Un couple très ordinaire met au monde un petit garçon pas ordinaire du tout puisque des ailes viennent percer à la manière d'une poussée dentaire la peau fine de son dos. Bientôt l'enfant volant se perche sur l'armoire de sa chambre et lors de courses dans un hyper de banlieue part jouer avec les moineaux, captifs volontaires de ces grandes surfaces, superbes mangeoires, hautes de plafond.et ne connaissant jamais l'hiver. A ce sujet j'aime beaucoup la chanson d'Adalbert qui réussit l'exploit de dé-crétiniser la chanson pour enfant. Mais cela n'est pas un scoop, ce qui l'est plus c'est que son concert fut un régal aussi bien pour mes filles que pour moi.

Dernier regard sur ces nuques, paravents des anges pudiques : plissées, torturées, viriles. Au musée des BA de Nancy, se tient une toile dans un angle du rez de chaussée, très mal exposée et pourtant lumineuse d'une sensualité inouïe : il s'agit d'une nuque. Féminine. Je la dédie à ces forçats qui m'ont forcée à voir la Vérité, juste à côté de moi, perchée sur mon épaule, mon ange. soutenance-007.jpg

Et si le degré le plus haut d'humanité était justement de ne pas attenter à sa vie?

S.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article