Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

où que tu sois je t'aime-RS

Cantara, lundi 27 juillet 2009, de ce phare portatif qui n'en peut plus de chanter son amour pour toi,

Bonjour S,

Le bonheur de te lire.
Ce matin, à nouveau, un courrier lyrique et souriant de ta main.
J'ai l'impression de te voir évoluer dans cette contrée si éloignée et si désirable.
Tes mots évoquent tes multiples projets de visites et de découvertes, je devrais dire de mélanges en cette terre magnifique.
Je te reconnais, là tellement.
Je t'aime comme ça, haute, souriante, visionnaire et conquérante.

Sentir dans tes mots le bonheur qui vibre en toi me procure, je te le dis, le plus grand des plaisirs.

Pour t'en convaincre, essaie simplement d'imaginer que je ressens, comme toi, ce bonheur flagrant et lumineux depuis que j'ai compris que tu étais entrée dans ma vie. Et, l'expression "entrée dans ma vie" n'est pas à la hauteur de la métamorphose.
La vraie idée, c'est que nos deux vies désormais se mêlent et se fécondent.

J'ai l'intime conviction que nous fabriquons, chaque jour, deux mains.
Proches ou éloignés, la fécondation est en marche.

Peut-être une vie humaine n'a-t-elle de sens que si elle est éclairée par une autre : celle qui ouvre le dialogue des âmes.
Ce dialogue de nos deux âmes est en mouvement depuis longtemps.
C'est pour cela que nous ressentons ce sentiment si présent d'évidence l'un à l'autre.

Tu vois S comme c'est beau d'être l'un pour l'autre, l'un par l'autre.
Dans ce dialogue de nos deux âmes, dialogue permanent, insatiable, vital, je dispose de moyens magnifiques pour t'entendre et t'écouter : le livre de Giono, le petit que tu m'as offert, le gros que nous avons commencé à lire ensemble.
J'ai aussi tes petites cartes, remises ou envoyées. J'ai gardé les enveloppes précieusement aussi, elles portent ton écriture.
j'aime ton écriture aussi, ta calligraphie.

Je te vois dans les lignes de ce que tu écris.

J'ai aussi ton blouson H et M noir. Il m'attendait dans le coffre de la voiture.
Un jour, je t'ai rendu ton sac bleu rapidement, c'était nécessaire, tu te souviens?
Ce blouson, je ne suis pas pressé de te le rendre, il attend sereinement en ma compagnie.


Bien sûr, ton absence est excessivement douloureuse pour moi.
J'analyse quotidiennement cette douleur interne, profonde, omniprésente, inquiétante.
Que signifie-t-elle?

Je le sais. Inutile de développer puisque c'est la ligne de crête qui compte pour nous.

Ta vie et ma vie.
Ta vie est ma vie.

Je travaille sur ces deux mondes en priorité.

Ton sourire, tes yeux, tes mains, ta joie de vivre m'inspirent très loin devant.
Nous serons ce que nous voudrons être.
Les visions se multiplient, elles convergent, elles parlent.
Toi, sinon rien.

Parce que je t'aime, parce que tu vis ainsi, parce que j'y crois,nous irons là.

Je t'embrasse tendrement, je te berce, je t'enroule.
sr dit R Al.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article