Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

rien qu'à toi-RS

Fréjus, Jeudi 20 août 2009, 1h03
 
Bonjour S,
Tes messages me réconfortent.
 Je vois bien que tu as senti mon anxiété devant notre séparation, notre éloignement.
 Tu m'aides à vaincre cette douleur par tes mots et tout ce que tu m'adresses.
 
Avant de me coucher cette nuit, je viens à toi.
 Deux mains, je vais rouler vers Cantara pour ce retour.

 Le bonheur de te retrouver est enfin là.
Tu sais S, ici, j'ai beaucoup parlé de toi.
 
G et L ont compris que ma vie était irrémédiablement transformée.
Je suis venu à eux parce qu'ils me l'ont demandé et que leur situation actuelle est difficile, douloureuse.

 L, ma soeur, a quitté G il y a un mois.
 Tous deux ont quarante ans de mariage.
 
Ils ont été familialement parlant des personnes très proches de moi.
 Ces deux semaines nous ont permis d'évoquer ce qu'ils ressentent, tous deux.
 
Aussi bien en Corse qu'à Fréjus nous avons, au gré des activités et sorties, tenté de parler de tout cela.
 
Bien sûr, il n'y a pas de réponses possibles, il y a des mots, une présence qui simplement peut aider.
 
Tout cela dans le contexte de notre rencontre à toi et moi, S.
 Je t'ai dit de nombreuses fois que je te voulais S. Non pas pour te prendre quoique ce soit mais pour le bonheur de vivre à tes côtés.
Cet éloignement, cette absence ont été terribles.
 
Tout ce que j'ai rencontré ici, tout ce que j'ai vu était éclairé par ton regard.
 J'ai médité sur notre route, nos paroles, nos gestes, nos mains.
 
Aujourd'hui, je vois clairement ce besoin d'une vie, la vraie, avec toi.
 Nous aurons à parler de tout cela, à inventer, à construire ensemble.
 
Je peux déjà te dire que je ne veux plus de ces expériences d'éloignement intense et d'absence.
 Il y a en moi ton être, ton corps qui rugissent.
 Je ne peux rien y faire, je te cherche, je te vois partout.

 Il m'est fréquemment arrivé de me demander comment cette intériorisation était à ce point possible.
 J'ai tellement besoin de continuer à lire, à écrire, à parler avec toi.
Dis-moi S, comment cela est-il possible à un tel degré?
 
Nos journées passées en juillet me reviennent en mémoire. On a dit beaucoup, on a beaucoup écouté sans parler aussi.
Il me semble bien que l'espace de notre rencontre est immense, ouvert pour nous très loin devant.

 Le Québec, oui je rêve d'y aller mains tenant avec toi, guidé par tes envols et tes joies.
 J'aime, tu sais S, cette complémentarité que nous avons, je crois, dans notre façon de nous guider, de nous accompagner réciproquement.
 
Je t'attends mon amour pour engager cette vraie route commune.
 Souviens-toi de nos premiers messages, ils annonçaient déjà notre avenir.
 
J'ai très envie de toi S, envie intégrale, totale qui du corps à corps va bien plus loin encore.
 J'ai très envie de toi de tes mots, de tes gestes, de tes silences.
 
Mon amour, je t'appartiens.
 Je t'enroule et te berce.
 
Tu sais donner à la vie des élans magnifiques, des sourires communicatifs, je veux les vivre avec toi.
 
Je t'aime S, intensément.
 
sr
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article