Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

robinson-SR

Sept îles. 19H07

r,

Je serrais très fort ton chapeau entre mes mains quand le canot à moteur a quitté le port de Sept îles pour l'île aux basques. Le vent soulevait le bateau et la pluie tombait drue sur un paysage gris acier. J'étais la seule sur l'île avec le garde occupé à l'entretien des chemins. Les derniers campeurs attendaient la navette pour le retour.
Devant être de retour à 17H à l'embarcadère, j'avais devant moi 9 heures sur une île déserte avec une carte des sentiers pour en effectuer le tour et un maillot trop présomptueux pour la journée...
Au bout d'une heure le ciel a retenu ses larmes, un énorme cargo a croisé l'archipel et je me suis dit que c'était une chance. Une chance pour me calmer, une chance pour penser à toi indéfiniment, une chance pour construire.
les sentiers étaient extraordinaires : tortueux avec de nombreux passages sur des passerelles de bois au dessus de failles vertigineuses, des escaliers impressionnants s'agrippant aux falaises abruptes, des caillebotis sinueux au dessus de tourbières et des accès à des anses secrètes et sauvages, où le fleuve presque mer déferle, des vagues en aluminium, des plages soulevées d'énormes dalles de pierre rouge ou noire, des descentes impressionnantes sur des criques où nagent...des phoques, des petites chutes d'eau inattendues.
La forêt est livrée à elle même, les arbres morts s'enchevêtrent, les autres se battent pour la lumière, les baies comestibles et toxiques prolifèrent ainsi que les maringouins! heureusement je m'étais enduite ce matin de la crème anti-moustique de Mr Watkins numéro un depuis 1887 auprès des trappeurs canadiens! Attaché au tube, un mousqueton histoire de ne pas le perdre!

J'ai aimé ce temps encore une fois sans réelle mesure, large, étendu ; l'espace luxuriant et désert, ces "plages d'espace et de temps à méditer". J'ai aimé penser à tout le bonheur qui m'attendait à mon retour, penser à toi, à ta lettre de ce matin lumineuse et si bonne avec le café.
Je t'écris depuis "la cage aux sports" un restaurant assez "quétaine" mais je ne supporte plus à l'auberge un français parvenu que j'ai remis à sa place forte de ma nouvelle assurance; Depuis il me regarde avec un air de chien battu qui m'horripile ; dehors la pluie n'en peut plus de tomber; L'automne est pressé par l'hiver ici. L'archipel se resserre, bientôt la glace reliera toutes ces îles petites et fières pour n'en faire plus qu'une immense patinoire en leur centre.
 
Demain je quitterai Sept îles et retournerai à Montréal plus près de toi, et aussitôt vers minuit! la porte de l'appartement refermée, épuisée de 14h de bus je lirai mon courrier, tes lettres, pressée de les toucher, les respirer ; te toucher, te respirer déjà un peu. Je suis tellement heureuse de vivre des rêves comme aujourd'hui et si impatiente aussi de rentrer chez moi, chez...nous, vivre avec bonheur la réalité! Je me suis imaginée ma rentrée, de nouvelles têtes, de nouveaux lieux et surtout un nouveau mode de vie plus proche de mes filles, plus trépidant aussi, le train pour NY chaque mercredi, les cours, les recherches à la bibliothèque, ces dévorantes prochaines lectures et puis d'autres choses autrement plus importantes...
Tes mots R ne me heurtent pas (comment quelque chose en provenance de toi pourrait me heurter?!!!), ils provoquent un tressaillement de tout mon corps, une onde chaleureuse et jamais ressentie jusque là.
Je rêve de prendre tes mains, serrer tes mains, embrasser tes mains. Pour commencer.
Je ne veux même pas imaginer le "bonheur" de nous retrouver, d'être à nouveau ensemble serrés inconsidérément.
Je t'aime R d'une façon que j'ai du mal à considérer du fait de son ampleur, une chose sidérante.

 

S
 entièrement

   assurément

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article