Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

seulS-SR

R, 14 juillet 2009

Les filles rafolent de feux d'artifices. Ce soir le feu d'artifice était dans ma tête, mille pensées sont venues la bombarder, des récentes, des anciennes et des présentes pour un futur (ce petit grand mot de toi je l'ai conservé, ilest là tout près de moi).
Il est des enfants dont on dit familièrement et peut être uniquement dans cette région des V. qu'ils ne sont pas étranges, c'est à dire qu'ils sont ouverts, malicieux, bien en "phase".De moi enfant, on disait le contraire.
R, tu es la première personne qui soit entrée dans mon univers de mots, de rêves et de pays plus hauts que les étoiles. Je sais mains tenant comment tu as procédé. Tu les as mis en phrases ces mots, tu leur as trouvé des écrivains de référence qui en ont appelé d'autres et puis surtout ces phrases toi même tu les as mises en textes en leur apportant ton style, tes propres mots s'alliant si bien aux miens. Et puis tu as hoché la tête en me regardant.  Mais je crois que je suis en train de faire un gros plagiat. Je ne sais plus qui de toi ou de moi sortent ces mots. Nous n'utiliserions plus qu'une seule main pour écrire?
Tu vois toi aussi tu as ouvert la grille et donc trouvé la clé.
Ton message ce soir a opéré comme une tornade en deux phases :
Deux intenses émotions, deux terribles coups au coeur. Alors pardonne moi pour mes sms approximatifs.
Premier coup en lisant le titre : les fenêtres explosaient, redevenaient sable.Tu me quittais parce que les histoires d'amour finissent mal en général...
Deuxième coup après la complète lecture : je me suis retrouvée en effet en face de toi, de moi pour la seconde fois dans ma vie et j'ai pu jugé la distance parcourue à "cause" de toi. Je n'étais plus à côté mais en face! Je n'étais plus étrange ou étrangère. J'étais.
Deux émotions indescriptiblement contraires.
Alors l'envie absolue de te serrer dans mes bras et puis le sentiment profond que ta décision est avant tout terriblement personnelle et intime. L'image de la piscine la même que j'ai eu il y aura bientôt plus de trois ans. Sauter à l'eau sans y être poussé. Parcourir de long en large la même rive, le regard fixé sur l'autre sans se décider. S'interroger sur la températurre de l'eau et le choc thermique éventuel, la désagréable sensation de boire la tasse tout de même, même en sachant très bien nager. Se dire...tout et son contraire et se le dire longtemps, le temps qu'il faut à chacun pour sauter ou rentrer.
Cette décision je l'ai prise dans la Drôme en février au cours d'un weekend initialement "familial"; Il neigeait, j'ai bien failli me perdre dans ma randonnée solitaire sur les collines non loin de Hauterives et du palais du facteur Cheval. Sur la radio, en descendant la peur au ventre, "je suis venir te dire que je m'en vais" en boucle. Je laissais derrière moi l'embarras, les "pourquoi? ma fille, tu étais heureuse! tu avais tout ce dont tu rêvais. Mais savaient-ils seulement à ccommencer par moi, ce à quoi profondément je rêvais? Le rêve n'est pas un consommable, bien en évidence en tête de gondole où il ne resterait plus qu'à choisir le coloris.
Non R, le rêve c'est ce que l'on fait devenir réalité, que l'on fabrique de toutes pièces (ce sont tes mots), que l'on invente, quand voler se fait de jour et plus seulement de nuit. Cet état, oui je le crois se mérite et quand on commence à le toucher du bout des doigts, sa confiance en soi déjà revient peu à peu. On redevient quelqu'un. On est à nouveau, on nait à nouveau.
L'amour ne se discute pas, la réciprocité abolit l'esclavage. Combien peuvent dire que leur amour est réciproque, qu'ils sont aimés autant  qu'ils aiment. Balavoine chantait aimer est plus fort que d'être aimé. Foutaises!

R je t'aime, tu le sais

R tu m'aimes, je le sais

Nous savons, nous sommes. Une somme : 1+1=1
Je veux que tu sois bien, avec moi ou sans moi peu m'importe sauf toi.

Reviens moi, je ne peux plus...sans toi, pardonne moi pour te dire cela mais j'en suis là. Si heureuse d'en être arrivée là.
S à R

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article