Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

te respirer-RS

Les Images, mercredi 3 juin 2009, dans ce phare bien connu
Bonjour S,

Notre rencontre avance, profondeur et hauteur nous grisent.
Notre dernière entrevue fut interrogative. L'interrogatif c'est fait pour dire qu'on a besoin de voir plus loin.
Voir plus loin pour répondre au manque.
Le mois de juin est un mois de turbulences, les mutations se dessinent. Les craintes augmentent.
Nos mains s'émeuvent. La peur du vide.

Ce jsb que nous avons inventé ensemble, à lui seul, il est précieux.
Nouveau cadre professionnel bientôt pour chacun de nous.

Nous sommes unis, tu le vois, tu le sens, tout en haut et en profondeur.
Tout se passe comme si dans notre construction commune, notre édifice intime 1 et 1, on se préparait à enlever le coffrage.
Nous avons besoin de nous libérer de ce qui, initialement, loin derrière, nous a permis de nous tenir ensemble.

Ensemble, nous tenons maintenant de façon autonome.
Ce que nous avons partagé : voix, regards, mots, bercements,enroulements, ciels et chemins, veille et sommeil constituent maintenant notre force, notre patrimoine, notre essence à tous les deux.
Parfois, je me pose la question : Qui aujourd'hui est seule destinataire de mes pensées les plus profondes?
Qui connaît le mieux mes vibrations, mes frissons, mes larmes et mes joies?

Sans toi, je ne sais plus dire, je ne sais plus lire.
Alors, si aujourd'hui encore, je lis et je dis c'est parce que je sais que tu es là.

Notre dernière entrevue fut interrogative. Je suis là aussi pour porter avec toi ce qui peut faire douleur.
J'aime partager avec toi visions, bonheurs, rencontres, paroles, regards, sourires mais aussi craintes et douleurs.

Je me pose parfois une autre question : que serions-nous l'un sans l'autre?
Question étrange qui une fois posée m'étonne même d'avoir été formulée.

Allons de l'avant, pas de problème pour moi si tu as besoin de m'adresser un cri. Je veux le prendre parce que cela aussi c'est
l'espace de notre rencontre.

Je suis heureux quand tu m'écris jsb c'est que notre veille est efficace, vivante, attentive.

Tu circules en moi, chaque instant, au diable les turbulences, tenons.

Je t'aime.
R.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article