Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

Tu me manques-RS-

Cantara, Samedi 9 mai 2009, la pleine lune n'y fait rien, tu me manques

Bonsoir S,

Le café était très bon jeudi soir, le café que tu as préparé.
L'espace d'un instant, ce soir-là, ce fut un moment naturel de vie, comme si nous étions ensemble
tout simplement au quotidien.
Le quotidien, c'est aussi quand vient le moment de t'écrire. J'ai aujourd'hui retenu à de nombreuses
reprises mon envie de t'envoyer un message par SMS. J'ai tenté de contenir tant bien que mal ce besoin de contact avec toi.
Je ne sais pas si j'ai eu raison, je sais simplement que le besoin de te parler, de te dire, de te serrer me tenaille.
Cela produit en moi un double effet, la douleur du manque d'abord et également le bonheur de me blottir, par la pensée, tout contre toi, bien enroulé.
Combien de fois ai-je regardé mon téléphone au cas où un message me parviendrait? Je ne sais plus 30 à 40 fois.
Peu importe. Ce qui compte c'est ce désir, cette envie de toi qui accompagne tous les instants. tu as depuis longtemps mis le feu à ma conscience. Situation bien étrange que celle du gardien de phare à qui on a mis le feu à l'intérieur.
Ce feu est ma chance, mon bonheur et mon espoir. Je le ressens non pas comme feu dévastateur, mais comme feu bienfaiteur qui fait naître une ligne enchantée à suivre et protéger. Continue, S, à allumer ainsi les brasiers de ce chemin tout au long du temps. J'ai besoin de tes flammes, de ta chaleur et de ton souffle. Peut-être nos enroulements et nos bercements sont-ils les gestes archaïques inconscients du besoin d'entretenir ce feu? Je le crois. Finalement, si le gardien de phare veille, c'est qu'on veille sur lui. J'aime vivre avec toi cet instinct partagé de protection. Instinct, il y a manifestement des réflexes instinctifs dans notre union, dans notre rencontre profonde. Le plus souvent nous vivons nos rencontres et, ensuite seulement, nous les parlons. Il me semble que nous sommes sous le contrôle de forces intérieures intimes. Celles qui ne répondent à aucune prescription, à aucun calcul, à aucune préméditation. Nous sommes toi et moi gouvernés par les élans de nos âmes qui, sans les mots, nous disent comment se mouvoir l'un dans l'autre. Tel est le mystère de notre rencontre intime et profonde.
Il m'arrive de rêver, je devrais dire de penser, à deux directions que visiblement nous aimons emprunter : la profondeur et la hauteur. Je savoure dans notre rencontre l'alliance subtile de ces deux directions combinées et rythmées.
Avec toi, la profondeur n'a pas de limite, elle est  une expérience de jouissance à deux. J'aime nos instants mélangés qui nous plongent l'un dans l'autre. J'aime nos instants aériens qui nous font côtoyer, main dans la main, l'air et le ciel.
C'est pour cela que tu me manques, tu me manques parce qu'avec toi, le dedans et le dehors sont plus vifs, plus colorés, plus intenses.
Continuons à traverser ensemble les surfaces et poursuivons notre route dans les profondeurs intimes et les hauteurs aériennes.

Je t'embrasse enflammé comme à notre premier regard.
Je t'aime.
R

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article