Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

tu peux y aller je n'aime que toi-RS

Cantara, jeudi 6 août 2009, en cuisine suite

S,

Un petit mot pour développer cette idée que tu me tends : le bonheur de t'aimer.
Oui, c'est bien cela, tu peux y aller, cet amour est de l'or, il coule comme de l'or entre Toi et Moi.

Tu me dis souvent que tu ne veux pas que je parle de toi.
J'ai réfléchi à cette idée.
En fait, S, quand je te parle, ce n'est pas de toi que je parle c'est de ce qui rayonne en toi.
Souviens-toi mes nombreuses occurrences à propos de tes sourires.
Lorsque je parle de toi, c'est de la dynamique que tu dégages, c'est ce qui émane de ta personne.

Dans tes mots, dans tes messages, je te sens en plein envol, remplie du bonheur de découvrir et d'entreprendre.
Tout ceci me réjouit, m'emporte.
Ta nage, ta course sont autant d'expériences de ton envol et de cette liberté à la quelle tu tiens tant.

Finalement, en lisant l'eau et les rêves à nouveau, je te sens vraiment plus proche de l'air et les songes.
Ta vie est aérienne, azuréenne, sauvage comme le vent et fine comme cette petite brise là dehors.
Quand je parle de toi, c'est de ton énergie que je parle, de ta tension si palpable de ton être envers le monde, tous les mondes.

Tu évoques notre amour, notre amour poétique.
La dimension poétique de notre amour, c'est son langage.
Nous nous aimons en nous parlant, en nous écrivant au sommet.

Mais, notre amour a aussi une dimension matérielle, concrète, véritable, palpable.
Il tient calme et serein, les pieds bien posés au sol de la vie.
C'est vrai qu'on pourrait penser que nous valorisons les dimensions lyriques de notre rencontre par ce que nous nous disons, ce que nous nous écrivons, ce que nous partageons.
Mais notre amour, en marge de ce langage qui est le nôtre, est aussi matière. Il est fait de cellules et d'atomes situés précisément dans ce monde d'aujourd'hui, ici. Notre amour, en deçà de son langage est incarné : il est ta chair et il est la mienne réunies.

Sans cette existence matérielle, concrète et charnelle, ce langage n'existerait pas.
Nos deux mains si souvent interrogées sont la preuve de notre existence matérielle dans la rencontre.

Pour faire court, je dirais que nous ne rêvons pas, plus exactement nous libérons du rêve parce que nous sommes unis en vrai.

Les enfants, à juste titre, diraient : "On ne rêve pas pour du beurre mais pour de vrai."

Voila S, ce que d'ici, je perçois. Voila, S, ce que de ton rayonnement je lis.

Tu vois que ce n'est pas de toi que je parle, mais de tes élans de vie.


Alors, tu devines la suite.
Je veux continuer à rêver à toi, pour toi, par toi, rien qu'en toi.
Parce qu'il y a un vrai chemin, de vraies jambes pour le parcourir, de vraies mains pour tenir ensemble et deux âmes solitaires qui silencieusement se fondent l'une à l'autre.

Je te serre mon amour, ton corps, tout ton corps.
sr dit R Mont Al pour toi.




Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article