Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Levaisseaudor

Levaisseaudor

Ecrire, marcher pour laisser une trace. Correspondances imaginaires entre des êtres improbables. l'art "appliqué" de la rencontre. Actualité culturelle pas forcément actuelle. carnets (extraits) poético-philosophiques Impressions de voyage à mille lieues ou ici même.

un titre, une rencontre

Le nom du Blog provient d'une rencontre avec un poète Québécois, tardive, trop tardive. Son nom est Emile Nelligan (1879-1941), il meurt à l'asile, plongé dans l'abîme du rêve sans fond. Son parcours je l'arpente sans cesse, me retenant au bord du gouffre par des mots qu'aujourd'hui j'ai décidé de partager. Laisser une trace et ne jamais renoncer au rêve.

Voici son poème : Le vaisseau d'or

 

Le vaisseau d'or

Ce fut un grand Vaisseau taillé dans l'or massif
Ses mâts touchaient l'azur, sur des mers inconnues;
La Cyprine d'amour, cheveux épars, chairs nues
S'étalait à sa proue, au soleil excessif.

Mais il vint une nuit frapper le grand écueil
Dans l'Océan trompeur où chantait la Sirène,
Et le naufrage horrible inclina sa carène
Aux profondeurs du Gouffre, immuable cercueil.

Ce fut un Vaisseau d'Or, dont les flancs diaphanes
Révélaient des trésors que les marins profanes,
Dégoût, Haine et Névrose, entre eux ont disputés.

Que reste-t-il de lui dans la tempête brève?
Qu'est devenu mon coeur, navire déserté?
Hélas! Il a sombré dans l'abîme du Rêve!

 

 

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :